La prise de sang de l’humiliation

ane

Ce matin, je suis allée prendre ma petite dose d’humiliation fournie gratos avec chaque protocole PMA. J’ai embarqué avec moi mon amie de longue date, M. M est enceinte et c’est ce même centre de PMA qui lui permet de voir son rêve devenir réalité. Je trouvais ça mignon qu’elle vienne et puis… elle connaît tout ça. Même si son parcours a été plus court que le mien (et tant mieux pour elle) elle sait ce que je traverse.

On arrive, je prends mon numéro, on s’assoit avec tous les potes de loose dans la salle d’attente et je suis appelée tout de suite. Un « on va vite sortir de cet enfer » m’échappe et je me marre… Pas pour longtemps.

– Bonjour Madame L! Vous avez des saignements?

– Oui.

-Beaucoup?

-Oui noeud dans la gorge, larmes qui montent, dignité zéro.

-Vous avez des embryons congelés?

-… je ne peux plus parler dignité à -15.

 

Voilà… Mes règles sont arrivées mardi. Il n’y avait aucune bêta HCG à trouver ce matin dans mon sang… des traces de dignité non plus d’ailleurs. Mon corps a souffert le martyr, mercredi soir je ne pouvais plus marcher. Ma tête ne va pas beaucoup mieux. Je suis paumée, on a rendez-vous qu’en Janvier avec notre médecin de PMA. Je sais qu’on va me parler de biopsie de l’endomètre, je sais que je vais dire oui. Je suis fatiguée de me faire charcuter le corps, de cette violence physique et psychologique que l’on m’inflige. Les aiguilles, les ponctions, les doutes, les effets secondaires, les indélicatesses, les prises de sang, les échochattes… Ma tête est fatiguée. Jamais de ma vie je n’ai envisagé ne pas avoir d’enfants, jamais. Ce qui peut ne pas être évident pour certaines l’a toujours été pour moi. J’aurai des enfants. Et pourtant, la vie ne m’en donne pas le droit. Je n’ai pas le droit. Pas le droit aux bêta HCG, pas le droit au gros ventre, à toutes ces sensations, pas le droit au petit être qui me ressemble et qui sent bon, pas le droit, JAMAIS le droit d’annoncer une bonne nouvelle. Juste le droit d’être déchirée, de souffrir et de regarder, impuissante, les autres vivre, devenir parents pendant que moi j’essaie de devenir maman à l’hôpital…crib-empty

Et ça ne marche pas, ça ne marche jamais. Et petit à petit on est exclus, parce que la vie fait que les gens sans enfants de notre âge sont forcément un peu mis à l’écart, sans le vouloir.

Je ne sais pas ce que je vais faire de moi, je ne sais pas ce que je vais devenir. En entrant en PMA, je pensais que ce serait « facile », que nous étions un cas simple. Aussi simple que soit notre cas, ça ne marche pas. Alors quoi? On ne l’aura jamais ce bébé? Je ne suis pas prête à faire le deuil de ce bébé biologique et par là j’entends faire comprendre que, pour l’instant, l’adoption n’est pas une solution que nous envisageons. Les raccourcis sont vite fait: Tu peux pas avoir de gosses? Adopte! Non, ce n’est pas aussi simple. Ce qui peut paraître être une évidence ne le devient pas forcément le jour où on est confronté au problème. Pour l’instant j’ai mal, le mot adoption me fait mal, les bébés me font mal, la vie m’écorche, me brûle. Je voudrais juste un peu de douceur, oublier tout ça, oublier ce cauchemar. J’aurai voulu être comme tout le monde. Ne pas baisser les yeux quand je vois un magasin Aubert. J’ai honte, honte de ma nullité, de mon infertilité, honte de me réjouir avant une FIV et d’y croire, honte de me rattacher à des signes de merde, de la poudre aux yeux, j’ai honte parce que beaucoup de gens se sont donné du mal pour nous et que ça n’a servi à rien, j’ai honte parce que toutes les prières que l’on a faites pour nous n’ont pas été entendues, j’ai honte parce que je doute de ma bonne étoile.

J’ai peur de ne jamais devenir maman.

Publicités

20 commentaires sur « La prise de sang de l’humiliation »

  1. C’est tellement difficile de teouver des mots pour te soutenir dans cette épreuve si longue et douloureuse…. Courage… Tu es déjà tellement forte… Tiens bon..
    Bises chaleureuse.

    Aimé par 1 personne

  2. Ma jolie je partage tellement cet article, ce que tu ressens, ce désespoir, cette incompréhension et surtout cette douleur… Que c’est dur cette Pma, cette infertilité de m****!!!
    Des fois j’aimerais tout envoyer balader tellement je suis fatiguée de tout ça de ce combat ou je ne vois jamais un rayon de soleil et pourtant je continue, besoin d’aller au bout des choses.
    Plein de câlins virtuels de réconfort.
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

    1. C’est exactement ça. Aller au bout des choses. Je me suis même demandé si ça marchait des fois leur truc… ceci dit M en est la preuve et beaucoup d’autres aussi. Je sais que je vais me relever c’est juste que c’est à chaque fois un peu plus long.

      J'aime

  3. Chaque échec semble plus difficile à encaisser…je comprends ce que tu ressens alors à défaut de pouvoir trouver les mots pour apaiser les peurs, la tristesse et la colère je t’envoie tout un tas de câlins de réconfort et beaucoup de courage pour arriver à surmonter tout ça.
    Des bisous 😘

    Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai que parfois ça fait du bien de couper un peu…
        Prends soin de toi et reviens nous en pleine forme qu’on puisse mettre cette saleté de dame nature au tapis une bonne fois pour toutes !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s